Pour parcourir le site avec une synthèse vocale, utilisez les touches Tab et Entrée.
Aller au menuAller aux outilsAller au contenu
Actualité :
Colloque le 28 avril : Les oubliées de la parité : Les femmes handicapées dans l’emploi

Bienvenue sur le site de "Femmes pour le dire, Femmes pour agir" Association régie par la loi 1901.

L'association FDFA réunit des Femmes et des Hommes en situation de handicap quelle que soit leur singularité.

Son but lutter contre la double discrimination d'être femme et handicapée.

Son objectif : crier haut et fort que nous sommes des femmes et des citoyennes avant d'être "handicapées".
L'agenda de l'association :

L'édito de la présidente


Le printemps s'est ouvert sur le Conseil d’Administration de notre association, toujours riche d'échanges et de beaux projets. Il sera suivi, le 28 avril, par notre colloque sur « Les grandes oubliées de la parité : les femmes handicapées dans l'emploi ». Nous voulons la parité dans l'embauche des personnes handicapées, nous voulons que le quota de 6% soit réparti à parts égales entre les femmes et les hommes : Assez d'inégalités, cessons de dire que les femmes handicapées sont moins diplômées, moins compétentes. Venez nous rejoindre pour en savoir plus. En ce début de printemps l'association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir vous attend afin de nous soutenir, par vos idées, par vos engagements. N'hésitez pas à nous contacter et à partager un moment avec nous. En effet, ensemble, nous serons plus fortes. Engagez-vous auprès de nous pour participer à nos rencontres et nos ateliers, toujours riches et instructifs, et participer à notre combat. Rejoindre FDFA, c’est devenir une actrice solidaire, soutenir les femmes handicapées, nous permettre d’organiser des actions et des manifestations pour elles et leurs proches.
Caroline Lhomme, administratrice de FDFA

Agenda : Prochain colloque le 28 avril "les Oubliées de la parité"

Article publié le mardi 15 avril 2014
"Les Oubliées de la parité" Les femmes handicapées dans l'emploi

Objectifs :
  • Questionner la " culture de l'égalité " appliquée à la vie professionnelle des femmes en situation de handicap
  • Témoigner de la double discrimination du handicap et du genre devant l'emploi et ouvrir de nouvelles voies pour que soit prise en compte la spécificité du handicap dans la lutte pour la parité
  • Publier les actes du colloque (en noir et audiolivre)

Invitation et programme

Affiche

Communiqué de presse

Formulaire d'inscription


Lire la suite

Agenda : listes féministes aux élections européennes

Article publié le lundi 14 avril 2014


Lancement de listes féministes aux élections européennes du 25 mai dans plusieurs régions en France : "Féministes pour une Europe Solidaire"


L'information est parue dans le Journal du Dimanche du 13 avril.

Le site de la campagne est http://feministespouruneeuropesolidaire.eu

Les listes seront composées à parité, de femmes et hommes issu-e-s de milieux, d'origine, d'âges, de parcours militants très variés. En Île-de-France, elles seront conduites par Caroline de Haas, militante féministe ancienne conseillère de la Ministre des Droits des femmes.

Plusieurs personnalités ont accepté de créer un comité de soutien à la liste : Françoise Héritier, Annie Ernaux, Christian Baudelot, Simone Iff (ancienne présidente du Planning Familial), Monique Antoine (présidente du MLAC) ou encore Michelle Perrot (historienne).

Une conférence de presse au cours de laquelle seront présentées les listes, le comité de soutien et le programme de la campagne, est organisée le MERCREDI 16 AVRIL.
Les listes "Féministes pour une Europe Solidaire" sont également présentes sur Facebook et Twitter.




Lire la suite

Hommage à DOMINIQUE BAUDIS, Défenseur des Droits

Article publié le jeudi 10 avril 2014
Le décès de Dominique Baudis le 10 avril 2014, 4 jours avant son 67ème anniversaire,
des suites d'un cancer généralisé, nous attriste profondément. Cet homme a eu une carrière pour le moins bien remplie : journaliste, écrivain, homme politique (député, député européen, maire de Toulouse, président du conseil régional de Midi-Pyrénées, président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, président de l'Institut du monde arabe et, depuis le 22 juin 2011, Défenseur des droits). Notre association participe régulièrement aux travaux du Défenseur des droits. Cette structure recouvre de nombreuses missions, elle défend notamment les droits des usagers des services publics, les droits de l'enfant, elle lutte contre les discriminations et veille à la déontologie de la sécurité.
Un exemple très récent : à l'occasion des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, le Défenseur des droits, appelait les personnes handicapées, confrontées à des difficultés pour exercer leur droit de vote, à le saisir d'urgence ou à témoigner, au moyen d'un formulaire accessible sur son site Internet.
Dominique Baudis aura profondément marqué la vie politique et l'univers des médias avec une grande sincérité, une obstination acharnée, parfois contre vents et marées, pour parvenir à une efficacité réelle pour le bien des citoyens.

Lire la suite

Elections municipales 2014

Article publié le lundi 31 mars 2014
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir accueille avec joie l'élection d'Anne Hidalgo à Paris et la félicite d'être la première femme maire de Paris, la capitale française.


Anne Hidalgo a participé à la création de notre association, nous a toujours soutenues dans nos actions et a inauguré notre local en 2012.
Elle a été marraine de plusieurs de nos colloques et a été marraine d'honneur des 10 ans de l'association.


Plusieurs femmes ont été élues maires de grandes villes : Johanna Rolland à Nantes, Cécile Helle à Avignon, Nathalie Appéré à Rennes, Brigitte Fouré à Amiens, et réélues Martine Aubry à Lille, Maryse Joissains-Masini à Aix en Provence...



Elections municipales et communautaires : plus de femmes élues dans les conseils mais peu de femmes attendues à leur tête

Communiqué de presse du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes du 1er avril 2014
" Grâce aux nouvelles contraintes paritaires instaurées par la loi du 17 mai 2013, on compte désormais 48,2% de femmes dans les conseils municipaux des communes de 1 000 habitants et plus. Toutes tailles de communes confondues, le pourcentage de femmes est passé de 35,0% en 2008 à 40,3% en 2014.

La proportion de femmes dans les intercommunalités a, elle aussi, augmenté et de façon spectaculaire, passant d?environ 25% à 43,7% aujourd?hui. Cette progression de presque vingt points de plus sera encore à poursuivre pour atteindre une véritable parité dans les conseils communautaires.

Ces progrès ne doivent pas masquer le très timide effet d?entraînement dans les communes de moins de 1 000 habitants, où la contrainte légale de parité aux candidatures ne s?applique pas. Dans ces communes, la proportion de femmes dans les conseils municipaux augmente péniblement de 2 à 3 points à chaque élection, passant de 30% en 2001, 32,2% en 2008, à 34,9% en 2014.

Autre réserve de taille : avec 83% d?hommes têtes de liste, la proportion de femmes maire et de président-e d?intercommunalités ne va sans doute pas beaucoup évoluer par rapport aux 13,8% de femmes maires et 7,2% de présidentes d?EPCI actuellement."

Et il est important que la parité s'étende aux fonctions de maire et d'adjointe au maire. Selon un sondage récent, 70% des français-es souhaitent une femme-maire.

17,1% de femmes têtes de liste aux élections municipales
Parité : entre progrès et résistances
Communiqué de presse du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes mars 2014




Lire la suite

58° session de la Commission du statut des femmes à l'ONU

Article publié le
La 58° session de la Commission du statut des femmes à l'ONU (CSW) a eu lieu du 10 au 21 mars 2014 La CLEF dont FDFA fait partie y a participé.

La 58ème Commission de la condition du statut de la femme fixe un nouveau cap pour des objectifs d'égalité entre les femmes et les hommes. Un accord qui n'était pas gagné d'avance.

La déclaration adoptée à l'issue de 58ème Commission de la condition du statut de la femme à l'ONU (CSW58), samedi 22 mars, représente « une étape décisive » pour les femmes et les filles, se félicite la directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka. La plupart des ONG ayant participé à la conférence disent également leur satisfaction.

En 2013, la commission avait abouti sur un texte considéré comme un succès, qui était parvenu à dépasser les oppositions religieuses pour soutenir la lutte contre les violences (Voir : L'ONU s'accorde contre les violences de genre).

Un objectif unique pour l'après-2015
Cette année, la thématique concernait les Objectifs du millénaire pour le développement, et les moyens d'aller plus loin que ces objectifs qui arrivent à terme en 2015, avec des résultats inégaux. Et, malgré les craintes, après 10 jours de négociations, cette CSW58 a pu aboutir à un nouveau consensus.

La déclaration finale d"une vingtaine de pages déplore la « persistance de la pauvreté féminine » et insiste ainsi sur ce point : le programme de développement pour l?après-2015 doit comprendre un objectif clair et unique pour l?égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes. C'est une demande de longue date portée par ONU Femmes. Sa directrice par intérim le développait en mai dernier dans une tribune publiée par Les Nouvelles NEWS.

Orientations précises

Plus en détails, la déclaration finale insiste sur le fait que les futurs objectifs pour le développement devront faire référence à l'élimination de la violence envers les femmes et les filles. Elle appelle clairement à la fin des mutilations génitales féminines et des mariages précoces.

Le texte insiste également sur le poids des « normes sociales et des stéréotypes de genre discriminatoires ». Il évoque la nécessaire égalité des revenus, et une meilleure conciliation entre travail rémunéré et responsabilités domestiques, à la fois pour les femmes et les hommes. Et souligne l'enjeu de la participation des femmes à tous les niveaux de prise de décision. Pour ce faire, la déclaration va jusqu'à recommander « des mesures spéciales temporaires » - une façon de ne pas mentionner explicitement les quotas.

Consensus sur les droits sexuels

Surtout, et ce n'était pas gagné d'avance, la déclaration finale évoque clairement le devoir pour les États de fournir « des services, des informations et une éducation de qualité sur les soins reproductifs et sexuels », en précisant qu'ils doivent inclure « des méthodes modernes et efficaces de contraception et de contraception d'urgence, des programmes de prévention des grossesses adolescentes ». Le droit à l'avortement est lui aussi évoqué même si, fruit d'un compromis avec les pays les plus conservateurs, le document le réserve aux cas où « de tels services sont autorisés par les lois nationales ».

La nécessité du compromis a également fait disparaître du texte toute référence à l'orientation sexuelle et l'identité de genre. La question, également sensible, de l'éducation sexuelle, figure quant à elle dans la déclaration finale. Mais avec des nuances. Il est précisé qu'elle doit être prodiguée « selon les orientations et conseils appropriés des parents ou tuteurs légaux ».

Lire la suite



Mentions légales  |  Crédits  |  404 Création  |  © 2008 FDFA

- Admin -