Pour parcourir le site avec une synthèse vocale, utilisez les touches Tab et Entrée.
Aller au menuAller aux outilsAller au contenu
Actualité :
Après l'été, vous vivrez LES FEUILLES D'AUTOMNE DES ECRIVAIN(E)S HANDICAPES... ET DES AUTRES sur le thème : FEMMES, ECRITURE, HANDICAP le 18 octobre 2014. Ne manquez pas ce rendez-vous !

Bienvenue sur le site de "Femmes pour le dire, Femmes pour agir" Association régie par la loi 1901.

L'association FDFA réunit des Femmes et des Hommes en situation de handicap quelle que soit leur singularité.

Son but lutter contre la double discrimination d'être femme et handicapée.

Son objectif : crier haut et fort que nous sommes des femmes et des citoyennes avant d'être "handicapées".
L'agenda de l'association :
  • 4 septembre : rencontre des associations avec le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes : 2° édition des Rencontres du HCeFH et des associations

    FDFA participera à cette rencontre entre les membres du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes et les associations agissant en faveur des droits des femmes et de l'égalité des femmes et des hommes

    le 4 septembre 2014, 17h30 - 19h30 à l'Assemblée Nationale, Salle Colbert.

    Dix-huit mois après l'installation du HtCéfh, sa présidente, Danielle Bousquet, dressera, aux côtés des président-e-s de commissions, un bilan d'étape de leur activité, avant d'informer de l'actualité les associations et de leurs travaux.

    Suivra un temps d'échange entre le HCEfh et les associations.

    Le Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes est une Instance consultative indépendante placée auprès du ...
  • 18 octobre - les Feuilles d'automne des écrivain-e-s handicapé-e-s et des autres... Femme, écriture et handicap : Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir a le plaisir de vous inviter à la quatrième édition de ses Feuilles d'Automne des écrivain-e-s handicapé-e-s et des autres sur le thème Femmes, écriture et handicap samedi 18 octobre 2014 de 9h à 18h , à la Maison Internationale de la Cité Universitaire de Paris, Amphithéâtre Adenauer, 17 Boulevard Jourdan 75014 Paris.


    Programme provisoire

    9 h : Ouverture de la journée par Najat Vallaud-Belkacem Ministre des droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports ;
    Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion ;
    et Maudy Piot, présidente de FDFA.

    9 h 45 : Lecture d'un texte de Benoîte Groult par Danielle Michel-Chich, journaliste.

    10 h : Première table ronde réunissant des « pionnières » du féminisme , Benoîte Groult, écrivaine, Françoise Héritier, anthropologue, Michelle Perrot, historienne, Jeanne Cordelier, écrivaine, Laure Adler, journaliste, Catherine Catel-Muller, dessinatrice (à confirmer).

    Discussion avec la salle.

    Impromptu par le groupe d'action féministe : La Barbe

    11 h 30 : Rencontre avec les auteur-e-s pour une séance de signatures

    13 h : Déjeuner libre.

    14 h : Deuxième table ronde : « Ecriture et Handicap » avec des « auteur-e-s-surprise » à découvrir? (communiqué-e-s dans le programme définitif).

    Impromptu avec La Barbe.

    Discussion avec la salle.

    16 h : Rencontre avec les auteur-e-s pour une séance de signatures.
    Conclusions par Maudy Piot.

    Accessibilité totale des débats : traduction en LSF, vélotypie, boucle magnétique?

    Participation solidaire à l'accessibilité : 10 ?.

    Vente des livres sur place avec une librairie.

    Inscription obligatoire sur fdfa.asso@free.fr

    www.femmespourledire.asso.fr

    Téléphone : 01 45 66 63 97

    Communiqué de présentation

    Invitat...

L'édito de la présidente


UNE CITOYENNE ADMIRABLE : FRANCOISE HERITIER, membre d'honneur de FDFA : Le 1er juillet 2014, une cérémonie toute simple était organisée aux Archives Nationales, rue des Francs Bourgeois, pour célébrer la remise par Françoise Héritier, anthropologue, Professeure honoraire au Collège de France, de ses archives personnelles à l’Etat. Ses collègues et ses amis l’entouraient. FDFA était représentée par sa présidente. Dans sa courte allocution, Françoise Héritier a expliqué que cette remise était en quelque sorte le remboursement d’un dû : l’Etat lui a permis de se spécialiser en sciences de l’anthropologie et de faire des recherches à la suite puis à la place de Claude Levi-Strauss, de publier, de s’engager pour des causes humanitaires comme la lutte contre le Sida. Elle estime donc aujourd’hui que la remise de ses archives à la communauté nationale est une manière de rendre, « modestement » dit-elle, ce qu’elle a reçu. Loin des peoples rarement modestes et souvent moins savants, elle nous donne un exemple de citoyenneté que nous devons respecter et applaudir comme nous l’avons fait dans les salons des Archives Nationales !

Déclaration de la CEDEF concernant la situation des femmes et des filles à Gaza

Article publié le samedi 16 août 2014
Le Comité CEDEF/CEDAW de l'ONU - Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes - a pris position au sujet de la situation actuelle des femmes et des filles à Gaza lors de sa 58e session en juillet 2014

Les femmes handicapées sont mentionnées comme particulièrement affectées par le conflit.

"Le Comité des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF) note avec une profonde anxiété la détérioration des droits humains et de la situation humanitaire à Gaza, particulièrement les lourdes pertes civiles, incluant en très grand nombre des femmes et des filles, depuis le commencement de l'opération militaire israélienne « Bordure protectrice » le 7 juillet 2014?

Le Comité est particulièrement soucieux du déplacement d'un nombre important de femmes et filles, y compris des femmes âgées et des femmes handicapées, à Gaza, comme résultat d?une destruction à grande échelle et des dommages causés aux habitations et infrastructures civiles?

Le Comité appelle toutes les parties au conflit à se plier totalement à leurs obligations de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF) et de protéger les droits des femmes dans les situations de conflit armé Le Comité met aussi l'accent sur le besoin urgent de reprendre le processus de paix avec l'inclusion et la participation effective des femmes des deux Etats parties concernés.
"

CEDAW COMMITTEE STATEMENT ON THE SITUATION IN GAZA FOR WOMEN & GIRLS - JULY 2014

Traduction française faite par Claire Desaint

Lire la suite

Agenda : 4 septembre : rencontre des associations avec le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes

Article publié le vendredi 15 août 2014
2° édition des Rencontres du HCeFH et des associations

FDFA participera à cette rencontre entre les membres du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes et les associations agissant en faveur des droits des femmes et de l'égalité des femmes et des hommes

le 4 septembre 2014, 17h30 - 19h30 à l'Assemblée Nationale, Salle Colbert.

Dix-huit mois après l'installation du HtCéfh, sa présidente, Danielle Bousquet, dressera, aux côtés des président-e-s de commissions, un bilan d'étape de leur activité, avant d'informer de l'actualité les associations et de leurs travaux.

Suivra un temps d'échange entre le HCEfh et les associations.

Le Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes est une Instance consultative indépendante placée auprès du Premier ministre

Lire la suite

Entrée en vigueur de la Convention d'Istanbul le 1er août 2014

Article publié le mercredi 6 août 2014
FDFA se réjouit de l'entrée en vigueur de la Convention d'Istanbul, le 1er août après sa ratification par la France, le 4 juillet 2014.

Communiqué de presse de FDFA


La Convention d'Istanbul est la convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre les violences à l'égard des femmes et la violence domestique.

14 Etats de l'Union européenne ont ratifié cette Convention et 22 l'ont signée.

A l'occasion de la ratification, la Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Najat Vallaud-Belkacem, a appelé à la ratification universelle de cette convention .

Cette Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre les violences à l'égard des femmes et la violence domestique érige des standards minimums en matière de prévention, de protection des victimes et de poursuite des auteurs. Elle répond à l'engagement constant de la France, à l'échelle nationale comme sur la scène internationale, pour mieux prévenir les violences faites aux femmes, pour poursuivre les auteurs, pour protéger plus efficacement les victimes de ces violences et coordonner les mesures dans le cadre de politiques globales.

Association membre de la CLEF, s'associe au communiqué de presse de la CLEF.


Lire la suite

Agenda : 18 octobre - les Feuilles d'automne des écrivain-e-s handicapé-e-s et des autres... Femme, écriture et handicap

Article publié le samedi 2 août 2014
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir a le plaisir de vous inviter à la quatrième édition de ses Feuilles d'Automne des écrivain-e-s handicapé-e-s et des autres sur le thème Femmes, écriture et handicap samedi 18 octobre 2014 de 9h à 18h , à la Maison Internationale de la Cité Universitaire de Paris, Amphithéâtre Adenauer, 17 Boulevard Jourdan 75014 Paris.


Programme provisoire

9 h : Ouverture de la journée par Najat Vallaud-Belkacem Ministre des droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports ;
Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion ;
et Maudy Piot, présidente de FDFA.

9 h 45 : Lecture d'un texte de Benoîte Groult par Danielle Michel-Chich, journaliste.

10 h : Première table ronde réunissant des « pionnières » du féminisme , Benoîte Groult, écrivaine, Françoise Héritier, anthropologue, Michelle Perrot, historienne, Jeanne Cordelier, écrivaine, Laure Adler, journaliste, Catherine Catel-Muller, dessinatrice (à confirmer).

Discussion avec la salle.

Impromptu par le groupe d'action féministe : La Barbe

11 h 30 : Rencontre avec les auteur-e-s pour une séance de signatures

13 h : Déjeuner libre.

14 h : Deuxième table ronde : « Ecriture et Handicap » avec des « auteur-e-s-surprise » à découvrir? (communiqué-e-s dans le programme définitif).

Impromptu avec La Barbe.

Discussion avec la salle.

16 h : Rencontre avec les auteur-e-s pour une séance de signatures.
Conclusions par Maudy Piot.

Accessibilité totale des débats : traduction en LSF, vélotypie, boucle magnétique?

Participation solidaire à l'accessibilité : 10 ?.

Vente des livres sur place avec une librairie.

Inscription obligatoire sur fdfa.asso@free.fr

www.femmespourledire.asso.fr

Téléphone : 01 45 66 63 97

Communiqué de présentation

Invitation




Lire la suite

Adoption définitive de la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes

Article publié le jeudi 24 juillet 2014
31 juillet : le Conseil constitutionnel a validé la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes.
IVG : une femme peut "apprécier seule sa situation", répond le Conseil constitutionnel aux sénateurs UMP - Rédaction des Nouvelles News.

Le Conseil constitutionnel rejette la saisine des sénateurs UMP sur l'IVG. Ils étaient 92 sénateurs à avoir demandé aux "Sages" de statuer sur l'article 24 de la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes adoptée le 23 juillet, qui supprime la notion de « détresse » associée à l'accès à l'avortement Les sénateurs y voyaient un accroc au principe constitutionnel « du respect de tout être humain dès le commencement de sa vie »(Voir : Pour les sénateurs UMP, l'IVG doit rester associée à la détresse).

Une semaine après cette saisine, les "Sages" ont rendu leur décision, jeudi 31 juillet, relevant que l'article 24 « est conforme à la Constitution ». Ils précisent « que les dispositions existantes réservent à la femme enceinte le soin d'apprécier seule si elle se trouve dans une situation de détresse. La modification de leur rédaction pour prévoir que la femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse peut en demander l'interruption à un médecin ne méconnaît aucune exigence constitutionnelle. "

Désormais, ce ne sera plus quand « son état [la] place dans une situation de détresse » mais quand elle « ne veut pas poursuivre une grossesse » qu'une femme « peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse ».

La modification apportée par la loi « ne libéralise pas les conditions objectives d'accès à l'IVG. Sa portée est donc principalement symbolique et psychologique », précise encore le Conseil constitutionnel dans le commentaire joint à sa décision.

Voici un extrait du communiqué publié par Najat Vallaud-Belkacem :

"Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports se félicite de la décision du Conseil constitutionnel qui a validé dans toutes ses dispositions essentielles la première loi cadre pour les droits des femmes. Cette décision ouvre la voie à la promulgation de cette loi qui sera un vecteur indispensable pour faire progresser l?égalité entre les femmes et les hommes dans notre pays".

Le Ministère indique "Nous entrons désormais dans la phase d'application de la loi. Nous vous informerons au fur et à mesure de la publication des décrets d'application et des actions mises en place."

Texte de la loi dans sa version consolidée


23 juillet : Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes


Le projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes porté par Najat Vallaud-Belkacem a été définitivement adopté ce jour par le Sénat et l'Assemblée nationale. "La Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports se félicite du très large accord qui s'est dégagé autour de ce texte qui donnera un puissant coup d'accélérateur au mouvement pour l'égalité engagé depuis 2012 et apportera des droits et des protections nouvelles pour nos concitoyens."

Pour la première fois dans l'histoire, une loi cite et prend en compte les femmes handicapées, en particulier dans la lutte contre les violences.

« article 43 k) Des actions de sensibilisation et de prévention concernant les violences faites aux femmes handicapées. »

article 56 : 1° Après le mot : « raciale », sont insérés les mots : « , à la haine à l?égard de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap».

Voir le Communiqué de presse de FDFA à la suite de l'adoption de la loi.

Ce texte est "inédit dans son champ d'application. C'est en effet la première fois qu'une loi s'attaque aux inégalités femmes-hommes partout où elles se manifestent encore, travail, foyer, séparations, violences, responsabilités...
Mais inédite la loi l'est surtout dans son objet :
Rendre effective l'égalité des droits affirmée depuis longtemps dans les textes, en levant un à un les obstacles qu'elle persiste à rencontrer dans les faits : inégale répartition des tâches familiales (grâce au partage du congé parental), inéquitable représentation médiatique des compétences et rôles de hommes et des femmes (grâce à la compétence donnée désormais au CSA pour la sanctionner), inégale présence de fait des hommes et des femmes au sommet des entreprises, de la fonction publique ou des responsabilités politiques (grâce à l'extension des règles de parité à tous les domaines)..
"

Le texte de la loi, qui avait fait l'objet d'un accord entre députés et sénateurs en commission mixte paritaire en début de semaine, a été approuvé dans les deux assemblées par la gauche et la plupart des centristes, tandis que la majorité des élus UMP se sont abstenus. Aucun parlementaire n'a voté contre.
Au Sénat, il a été voté par 199 voix et 145 abstentions. À l'Assemblée nationale, il a été adopté à main levée.

Texte de la loi

Voir sur le site du Ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports les principales mesures et l'infographie.

- Communiqué de presse du collectif Abolition2012, qui rassemble 60 associations de soutien aux personnes prostituées, dont FDFA est membre, se réjouit du fait que la loi demande à l'Etat, "dès son article 1er, de renforcer la lutte contre le système prostitutionnel pour promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes".



Communiqué de presse des FEM - dont FDFA est membre - à la suite de la saisine du Conseil Constitutionnel par 92 sénateurs par rapport au "principe du respect de tout être humain dès le commencement de la vie" (pour eux remise en question de la loi VEIL avec la suppression de la notion de détresse).

Texte de la saisine par 92 sénateurs UMP


Lire la suite



Mentions légales  |  Crédits  |  404 Création  |  © 2008 FDFA

- Admin -